logo orange

Les cookies sur horloge-parlante.orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de vous proposer des services, offres ou publicités adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

poursuivre
  • Pour avoir l'heure légale appelez le 36 99
  • 1
 

Articles

Filtre
  • Comment une seconde a semé le désordre sur certains sites du net !

Une seule seconde peut faire vaciller une partie de l’informatique mondiale. Nous en avons eu la preuve le 1er juillet dernier quand la dernière minute de la dernière heure de la veille a duré …61 secondes.
Pour les scientifiques, cette seconde supplémentaire dite « intercalaire » était nécessaire afin d’ajuster les horloges atomiques mondiales, face au léger ralentissement de la vitesse de rotation de la terre.
Toutefois, certains services informatiques ont « oublié » d’intégrer cet ajout dans leurs applications, ce qui a causé des bugs, voire des arrêts complets chez certains sites comme LinkedIn, Mozilla ou MySQL…

Le problème vient du fait que de nombreux systèmes informatiques qui utilisent le NTP (Network Time Protocol) pour se synchroniser sur les horloges atomiques mondiales ont été « surpris » et incapables d’interpréter cette seconde supplémentaire.
Certains des sites et applications sont restés inaccessibles pendant quelques minutes.

Heureusement la plupart des grands sites, comme Google ou Twitter avaient intégré à l’avance cette seconde supplémentaire à leur routine et ont pu éviter ainsi tout problème.

Voici 5 liens qui illustrent cette perturbation :

Une seconde fait vaciller les serveurs de Mozilla

Temps universel : la seconde supplémentaire a provoqué des bugs

TIC-TAC - Une seconde ajoutée au temps universel fait « planter » Mozilla et LinkedIn

La « seconde de plus » qui a fait tomber Mozilla, Linux et LinkedIn

LinkedIn et Mozilla : des crashs serveurs pour une seconde de trop